SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Elèves en danger à Saint-Denis : la lutte paie !
Article publié le 9 janvier 2015

Elèves en danger : La lutte paie !

L'école Rachel Carson a mené une lutte et a gagné la bataille. Depuis la rentrée, une classe de CE1 a vu se succéder 7 enseignants (tous contractuels). Les parents excédés ont commencé par mener diverses actions afin d'alerter l'Education nationale : occupation administrative, audience auprès de l'IEN (Saint-Denis 2)... La hiérarchie a répondu par le mépris : le DASEN adjoint du bassin 1 en déplacement sur l'école est allé jusqu'à accuser les parents d'élèves de fragiliser par leurs actions l'enseignante contractuelle en poste. Les parents ont été outrés de cette violence institutionnelle : eux que l'ont décrit habituellement comme démissionnaires se voient reprochés de se préoccuper des conditions d'enseignement de leurs enfants… Parallèlement, la hiérarchie tentait d'empêcher un représentant syndical de SUD Education de prendre la parole en réunion.

Les parents ont alors durci leur mouvement : l'occupation administrative s'est transformée en occupation de la cour de récréation, empêchant ainsi les élèves et les enseignants de monter en classe. Les contacts entre diverses écoles mobilisées, grâce notamment à l'AG parents-enseignants, a permis un soutien sur Carson d'autres parents d'élèves de la ville membres ou non du ministère des Bonnets d'âne.

Il a fallu en arriver à un climat d'extrême tension, perceptible dans un reportage télé (7 à 8 sur TF1), il a fallu une mobilisation sans précédent des parents, pour pouvoir enfin, après 14 semaines, obtenir un enseignant titulaire pour les élèves de CE1.
14 semaines de mépris : mépris des apprentissages des élèves, mépris des conditions de travail des enseignants de l'école, titulaires comme contractuels, mépris des parents.

La lutte paie, mais elle laisse un goût amer : il faut 14 semaines, dans le 93, pour obtenir ce qui est droit partout ailleurs... et combien de classes resteront jusqu'à la fin de cette année scolaire dans une situation tout aussi scandaleuse ? 500 contractuels sur le département, 10 % des enseignants à Saint-Denis…

Contacts :
Enseignants : Geoffrey Gilbert : 06 32 41 28 51
Parents d'élèves : Salah Bahouch : 06 16 16 84 85

SUD Education Saint-Denis
saint-denis@sudeduccreteil.org