SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Dans l’éducation comme ailleurs, riposte sociale !
Article publié le 7 novembre 2017

PDF - 344.1 ko

Pour les organisations syndicales de salarié-e-s, d’étudiant-e-s et de lycéen-ne-s CGT – FO – Solidaires – UNEF – UNL – FIDL, un constat s’impose, celui d’une politique libérale visant à accroitre les inégalités au profit d’une minorité. Ne nous laissons pas faire, construisons la riposte dans l’Education Nationale pour améliorer nos conditions de travail et les conditions d’étude des élèves et construisons la convergence avec les secteurs en lutte : public, privé, étudiant-e-s, retraité-e-s, chômeur-euse-s, la solidarité est notre arme !

Non aux attaques dans le public !

• Non aux 120.000 suppressions de postes d’ici la fin du mandat de Macron,
• Non à la disparition des postes occupés par des contrats aidés (chez les agent-e-s administratifs et techniques, chez les AVS, EVS, en Vie Sco),
• Non au gel du point d’indice et à la hausse de la CSG, ce n’est pas à nous de payer les cadeaux fiscaux au patronat,
• Non à la précarité dans la Fonction Publique : 20% des personnels de l’Education Nationale sont non-titulaires (contrats d’un an ou moins, affectation arbitraire...) alors que les besoins en personnels titulaires sont criants.

Pour un plan d’urgence pour l’éducation en Seine-Saint-Denis !

• pour des classes à 16 élèves en éducation prioritaire,

• pour des ouvertures d’UPE2A pour scolariser les élèves allophones (certain-e-s attendent jusqu’à 8 mois pour être scolarisé-e faute de places),

• pour des dispositifs d’aide et de prévention complets : un RASED complet par groupe scolaire,

• pour des remplaçant-es titulaires permettant de remplacer toutes les absences des personnels agent, enseignant, de vie scolaire...

• pour la titularisation de tous les personnels qui exercent en contrat précaire,

• pour des dédoublements sur la moitié des horaires d’enseignement dans toutes les matières,

• pour un-e CPE pour 4 classes, un-e AED pour 50 élèves en éducation prioritaire,

• pour du temps de concertation prévu dans notre temps de service afin de favoriser le travail en équipe.

Réunissons-nous en AG ou en heure d’information syndicale, ciblons les besoins par établissement ou école, revendiquons les avec les parents d’élèves et coordonnons-nous à l’échelle de la ville et du département ! Utilisons les journées de mobilisation interpro contre la politique du gouvernement pour nous organiser !

Tou-te-s en grève et en manifestation le 16 novembre
14h - place de la République

Rejoindre les salarié-e-s du privé contre la casse du code du travail !

Baisse des salaires, explosion de la hiérarchie des normes, facilitation des contrats courts, casse des prud’hommes... c’est un modèle de société ultra-libérale et inégalitaire que Macron et ses amis du MEDEF veulent nous imposer.

Rejoindre la jeunesse dans la mobilisation contre la sélection à l’entrée de l’université !

Le gouvernement prévoit de renforcer le système d’admission post-bac (APB) alors même que 87.000 néo-bachelier-e-s s’étaient retrouvé-e-s sans affectation l’été dernier avec ce système, ceux et celles-ci étaient sur-représenté-e-s en Seine-Saint-Denis (9% des bachelier-e-s du lycée Eluard de Saint-Denis). Les universités pourront refuser des postulant-e-s faute de place. Des milliers de lycéen-ne-s subiront une orientation forcée ou se retrouveront sans affectation. Le gouvernement permet une sélection à l’entrée de la licence au lieu de prendre ses responsabilités en terme de financement des universités.

JPEG - 157.8 ko