SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Contre sexisme et LGBTphobies, pour une école émancipatrice
Article publié le 27 juin 2014

Rendez-vous mercredi 2 juillet, 14h30, devant le Ministère

APPEL DE SUD EDUCATION

Contre sexisme et LGBTphobies, Pour une école émancipatrice

Actualisation

Pour faire avaler la grosse pilule de l’enterrement en règle des ABCD de l’égalité, Benoît Hamon annonçait un "plan ambitieux". Qu’en est-il ?
Rien de nouveau sous le soleil ! Il annonce simplement la "création" de choses déjà existantes ! Un module sur l’égalité fille-garçon existe déjà dans la formation initiale, avec une place très marginale (la masterisation a entraîné une diminution du temps consacré aux enseignements) et un nombre d’heures variable d’une académie à l’autre. En formation continue, seulement une dizaine de stages sont proposés aux enseignant-e-s. Des outils en ligne existent déjà, sans pallier le manque de formation sur ces questions.
Non, ce projet n’a rien d’ambitieux ! Oui, il s’agit bien d’un recul du gouvernement face aux forces réactionnaires, là où ces enjeux devraient être portés avec détermination !
Plus que jamais... RDV mercredi 2 juillet 14h30 devant le ministère pour faire entendre notre exigence d’une école émancipatrice, luttant contre sexisme et LGBTphobie !


Mercredi 25 juin, à l’appel du Collectif Copie, énième groupuscule réactionnaire, un sit-in a eu lieu devant le rectorat de Créteil, contre « l’idéologie du genre », contre « les interventions extérieures qui interfèrent sur l’éducation privée et familiale », contre « l’instrumentalisation d’outils de communication comme la ligne Azur ».

Un contre-rassemblement intersyndical (Sud Education, CGT, FSU + LDH) a été organisé, autour des slogans « Non au sexisme et à l’homophobie – Oui à l’égalité », « Ligne Azur supprimée – Jeunes LGBT en danger ».

Parallèlement, se multiplient les signes de recul de la part du ministère de l’Education Nationale et du gouvernement quant à la lutte contre les stéréotypes sexistes, homophobes et transphobes, donnant toujours un peu plus de gages au lobbying haineux des réactionnaires :

  • Le terme « genre » a été soigneusement rayé de tous les textes officiels, et certains ouvrages de littérature jeunesse ont été enlevés des recommandations officielles
  • Des rdv avec les associations LGBT ont été annulés (tandis que la Manif pour Tous était reçue sans complexe)
  • La campagne d’affichage dans les établissements scolaires relayant vers le dispositif Ligne Azur a été repoussée
  • Les ABCD de l’égalité, dispositif pour déconstruire les stéréotypes sexistes et homophobes, sont mis en question et menacés de ne pas être reconduits, sous prétexte de faire de la « médecine douce » sur ces questions (B. Hamon dans l’Express)

Tous ces reculs sont inacceptables, et nourrissent l’avancée des forces réactionnaires. Par ces reculs, ce gouvernement qui se dit progressiste fait le jeu des discriminations :

  • Faire disparaître le terme de genre, c’est donner raison aux réactionnaires, alors que ce concept met à jour les inégalités sexistes, permet de les penser, et partant, de les combattre
  • Ne pas faire campagne sur la ligne Azur, et marquer sa distance à l’égard des associations LGBT intervenant en milieu scolaire, c’est laisser seul-e-s face à l’homophobie tou-te-s les jeunes collégien-ne-s et lycéen-ne-s LGBT et prendre le risque de voir encore croître le nombre de suicides au sein d’une population beaucoup plus touchée que d’autres jeunes par cette dramatique extrémité
  • Ne pas reconduire et étendre les ABCD de l’égalité, ne pas donner les moyens aux enseignant-e-s de se former pour déjouer les stéréotypes sexistes et homophobes, c’est entériner la perpétuation de ces stéréotypes, et avec eux discriminations et inégalités qui leur sont liées.

Pour ne pas laisser le terrain aux réactionnaires et cautionner les reculs du gouvernement… Pour faire entendre notre exigence d’une école luttant contre le sexisme et les LGBTphobies…

RDV Mercredi 2 juillet, 14h30, devant le Ministère de l’Education Nationale,
pour faire entendre les droits des femmes et des LGBT

D’autres appels, initiatives, et organisations convergeront au même moment sur cette même thématique.

Premiers signataires : fédération Sud Education, FIDL, FièrEs, Djendeur Terroristas, Solidaires Etudiant-e-s, CGT Educ’action 93…