SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Compte-rendu CTSD Vendredi 16 septembre 2016
Article publié le 20 septembre 2016

Forte mobilisation devant la DSDEN de l’école Lafargue de Montreuil mobilisée contre la fermeture d’une classe et du lycée Suger, suite à l’agression d’un AED lors de la première semaine.
Présence d’enseignant-es, parents et élèves.

Un point rajouté à l’ordre du jour à la demande du SNUIPP : étude de la demande des personnels et parents de l’école Lafargue.
Le SNUIPP fait état de 191 élèves scolarisé-es et de 13 élèves relevant du dispositif ULIS. Il n’est donc pas possible de fermer une classe.
Par ailleurs, l’école Nanteuil ne peut finalement pas bénéficier d’une ouverture de classe faute de place dans les locaux. La non-fermeture de classe à Lafargue ne mobiliserait donc pas de moyens supplémentaires.

Réponse du DASEN : il n’y a pas de visibilité sur les effectifs, ses services regardent Base élèves, ne se fient pas aux remontées de la directrice.
Le 93 se caractérise par une fluctuation des effectifs, on ne peut donc pas refaire la carte scolaire toute l’année. Ajouter des points ainsi à l’ordre du jour est un dévoiement du CTSD.
En laissant croire que ce CTSD serait la solution à ce type de problème, des enseignant-es perdent des journées de salaire et des élèves n’ont pas cours.

SNUIPP : demande d’un comptage d’élèves lundi, car on ne peut pas si fier à Base élèves.
Demande d’un vrai dialogue social.

DASEN : C’est trop tard pour l’ouverture d’une classe et ce n’est pas le but de cette instance aujourd’hui.

Déclaration commune sur la situation du lycée Suger à Saint-Denis – CGT Educ’action, SNES, SNFOLC 93, SUD Education 93.

Réponse du DASEN-adjoint, M. Sébille : les enseignant-es, parents et élèves ont été reçu-es 3 fois depuis l’incident. Cela ne concerne pas seulement la vie scolaire mais aussi la spécificité du quartier des Francs-Moisins à Saint-Denis.
Les polices nationale et municipale sont mobilisées et des grilles et un sas vont être construits.
La DSDEN veut travailler avec les AED et les EMS pour qu’ils aient une formation et qu’ils aient une posture adaptée.
1 poste AED et 1 CUI ont déjà été accordés.

SNES : Il faut prendre en compte la spécificité de l’établissement et du quartier. La petite dotation supplémentaire ne suffit pas. Il faut aussi des mesures disciplinaires contre les coupables.

SUD Education 93 a dénoncé la réponse de la DSDEN qui consiste uniquement en des mesures sécuritaires du type sas et caméras. Ce sont des moyens humains dont les personnels ont besoin.

FO : Les AED, même formés-es, sont des personnels précaires. Il faut des moyen plus pérennes.

CGT : la proposition d’annualisation du temps de travail des AED ne convient pas à ces derniers. Ce n’est pas une solution.

Face à cette fin de non recevoir, l’intersyndicale CGT Educ’action, SNES, SNFOLC, SUD Education 93 décide de quitter ce CTSD en protestation face au mépris de la DSDEN pour les organisations syndicales et les personnels mobilisés.
Le dialogue social, s’il a jamais existé dans cette instance, n’est pas possible dans ces conditions.

Un communiqué de presse intersyndical a été rédigé et diffusé.