SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Comité d’Hygiène et Sécurité (et Conditions deTravail), pour quoi faire…
Article publié le 3 février 2010

SUD-Éducation a des idées : le CHS (CT) est-il le lieu pour les exprimer ? À priori, malgré les apparences, bien
plus qu’ailleurs, rue comprise.

Quelles sont nos revendications ? Quelle est la réalité ?

Lutte contre la précarité : la médecine de
prévention recueille moins de candidats que de
postes à pourvoir… Nous sommes donc très loin de
la légalité : 1 heure-médecin pour 20 personnels
(fourchette basse) . L’administration propose néanmoins
des postes contractuels en lieu et place des vacations ;
c’est une avancée, mais sera-t-elle suffisante ? À
moins de trouver des médecins adhérents d’un
quelconque groupuscule style NPA ou LO (bon
courage !), difficile de dénicher un "bénévole" à 30
euros de l’heure environ, soit grosso modo moitié
moins qu’en libéral… Nous avons donc actuellement
environ cinq équivalents temps plein pour l’académie :

un mi-temps pour les ATOS

pour le 94 : 1,9 médecin pour les enseignants

pour le 93 : quasiment deux équivalents temps plein

pour le 77 : un médecin

Problèmes liés au classement en Établissements Publics Administratifs : comment
réclamer quand la loi ne nous permet pas d’engager des poursuites ? Discrimination de traitement ?

Voyez cela avec votre gestionnaire… Environnement
nocif (amiante, produits toxiques…) ? Voyez cela
avec la collectivité locale concernée. Bref, même si
les responsables en matière de sécurité et santé au
travail, au niveau académique, sont réellement de
bonne volonté, ils n’ont pas les moyens de leurs
envies… Ceci étant, la transformation en Établissement
Public Industriel ou Commercial ne résoudrait rien,
puisque d’autres soucis apparaîtraient, dont le développement
n’a pas sa place ici. Que faire ? Bonne question,
la FSU ayant approuvé la transformation des CHS
en CHSCT, sans garanties quant aux prérogatives de
ces derniers… DÉNONCER chaque manquement
observé, à chaque Conseil d’Administration
(d’École), et demander la réunion du CHS local (CA
ou CE) dès que nécessaire… La grève du zèle a parfois
du bon !

Grippe H1N1 : en CHS aussi, elle occupe le terrain.
Est-il raisonnable de débloquer des millions d’euros
pour une maladie qui, a priori, fera moins de morts
que la grippe saisonnière ? Il est par ailleurs apparemment
de bon ton de passer sous silence tou-tes
les victimes de la vie hors les murs : les SDF ? Qu’ils
crèvent ! Ils-Elles n’ont qu’à travailler… Ils-Elles
aimeraient bien travailler ! 24 heures par semaine au
SMIC : Combien le loyer en petite couronne pour
un studio ? Un mois de paye ? Dans le meilleur des
cas ! Ya basta ! Et oublions les MILLIARDS pour les
banques ! Mais la pauvreté n’est pas une maladie, et
elle ne touche que les pauvres.

Souffrance au travail : Cela fait déjà des années
que Sylvaine réfléchit aux possibilités de lutte contre
ce fléau. Le médecin de prévention aimerait bien
oeuvrer en ce sens, mais il n’a pas le logiciel pour
évaluer les dégâts, lesquels existent… Il y a une centaine
de départements en France, et une centaine
d’exemplaires de ce logiciel coûterait bien moins
que le drone ayant servi à protéger le pape lors de
son voyage à Lourdes. Où sont les priorités ? Celle
de l’administration centrale consiste à faire financer
celle-ci par les adhérents de la MGEN. Oui mais à
moitié seulement, nous répond-on ! Et alors ?
Depuis quand les salariés ont-ils-elles à financer les
bêtises de l’employeur-se ? La souffrance au travail
fait partie de l’axe prioritaire de la médecine de
prévention académique pour 2010, avec la sécurité, les
incivilités et le stress. Si les médecins n’ont pas les
moyens requis pour effectuer un état des lieux préalable,
comment vont-ils pouvoir affecter les moyens
nécessaires à l’action envisagée ? Cette bonne
volonté affichée n’est qu’une façade ? Ce ne semble
pas être le cas, mais peut-être suis-je trop naïf ; de
toute façon, trouvant l’équation "administration =
vilains" risible, je me vois mal affirmer le contraire.

Point amiante : Une seule municipalité a
répondu à la demande de l’inspection académique
sur l’état des lieux : Maisons-Alfort. Demandons donc à
nos directeurs et principaux s’ils sont en possession
du Document Technique Amiante de leur établissement.
Ils doivent l’avoir, ou à tout le moins l’avoir
demandé. Les 178 retours de questionnaires font
quand même apparaître de nombreuses expositions
à l’amiante (133), majoritairement faibles. Mais les
maladies liées à l’amiante ne sont pas forcément
liées à une intensité ou à une durée minimales…
Demandons fermement à consulter les DTA dans
nos établissements.

Accidents de travail et maladies professionnelles :
Actuellement, le délai d’attente pour l’obtention
d’un rendez-vous avec le médecin de prévention est
de l’ordre de la semaine. C’est à rapprocher des cinq
mois d’attente de 2008… L’embauche de secrétaires
permet aux médecins de pratiquer plus la médecine,
et de laisser les tâches de bureau à leurs secrétaires.
L’existence conjointe d’un bureau pour le secrétariat
et d’un cabinet pour le rendez-vous avec le médecin
n’est pas non plus négligeable pour l’efficacité.

Santé et sécurité au travail sont donc loin d’être
assurées. La bonne volonté des personnels en
charge de ce dossier n’est pas en cause. Mais lorsque
le robinet est fermé, l’eau ne coule pas. Sans
moyens réels, l’action s’arrête d’elle-même. Les
Conseillers en prévention (nouvelle dénomination
des ACMO), pour le premier degré, manquent dans
la moitié des circonscriptions. Pourtant, ceux-ci ne
sont pas responsables des manques. Mais sur quel
temps serait effectuée cette charge de travail ?
Aucune réponse pour l’instant…

Nous en sommes réduits à une seule solution : la
lutte. Mais représentant 7 % des VOTANTS, sommes-
nous en mesure d’emporter le morceau ? OUI
 ! Il s’agit donc, répétons-le, de DÉNONCER chaque
manquement observé, à chaque Conseil
d’Administration (d’École), et de demander la réunion
du CHS local (CA ou CE) dès que nécessaire…
La grève du zèle a parfois du bon !
Frédéric Cerny

PDF - 48.9 ko