SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Collège Elsa Triolet de Saint-Denis
Article publié le 16 mai 2011

Nabil est à nouveau convoqué par le Conseil Général suite à des rapports où sont évoqués des arrêts maladie et des faits à caractère syndical.

Un courrier a été adressé à M. BARTOLONE afin qu’il protège les personnels qui lui sont confiés, comme la loi l’y contraint.

Notre organisation syndicale, ainsi qu’elle l’a signalé à plusieurs reprises dans diverses collectivités locales, dénoncent le fait que depuis la décentralisation un bon nombre d’intendants et de chefs d’établissement "se lâchent" du fait qu’ils n’ont plus le même employeur que les agents et qu’ils n’ont plus de comptes à rendre à leur propre supérieur hiérarchique.

PDF - 866.3 ko
Article harcèlement - Parisien

____________________________________________

Word - 29.5 ko
Communiqué SUD Education

COMMUNIQUE ELSA TRIOLET

Suite à l’article paru dans le Parisien du 30 avril qui concerne un agent du collège Elsa Triolet de Saint-Denis, SUD EDUCATION Créteil tient à apporter les précisions suivantes quant à la déclaration des représentants du Conseil Général de Seine-Saint-Denis et de l’Inspection Académique.

Ces autorités de tutelle se discréditent gravement en apportant leur soutien à une direction d’établissement pourtant contestée par une grande majorité des personnels de ce collège.
La réponse qu’elles apportent sur le cas d’un agent ayant porté plainte pour harcèlement moral est totalement inadaptée au regard de la situation.
La réglementation n’a pas été respectée dans cet établissement et cet agent a été sanctionné pour avoir voulu la faire appliquer. Les textes disent que tout agent doit avoir son emploi du temps 30 jours après la rentrée scolaire. Or, cet emploi du temps a déjà été modifié à 4 reprises. Le droit a donc été bafoué 4 fois.
La loi n’interdit surtout pas aux fonctionnaires (qui sont d’abord des citoyens) de contester les consignes données par leur hiérarchie.
SUD Education Créteil soutient évidemment l’agent en question dans ses diverses démarches judiciaires (pénal et tribunal administratif pour faire annuler les sanctions iniques qui le frappent).

Le non respect de la réglementation est la première et la pire forme de maltraitance envers les personnels.

La brutalité du Conseil Général de Seine-Saint-Denis envers les agents des collèges n’étant hélas plus à démontrer.

SUD EDUCATION CRETEIL