SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Carte scolaire rentrée 2013 : le changement, c’est quoi ?
Article publié le 14 janvier 2013

PDF - 442 ko
Le tract en pdf pour la salle des maîtres

Rentrée 2012

Les prémisses du changement constituèrent plutôt une douche froide.
- 39 postes supprimés pour 2300 élèves en plus, soit environ 154 postes de moins sur le 93 par rapport au nombre d’élèves ;
- une tension toujours plus forte sur les seuils du 93 ;
- les moyens d’aide (RASED…) laminés toujours davantage ;
- des centaines de postes non pourvus qui ont abouti à la saturation des moyens de remplacement, toujours d’actualité ;
- des recrutements de vacataires qui non seulement enracinent la précarisation (sans garantie de résorption) mais sont très loin de répondre aux besoins…

Pour 2013, en pratique, il s’agit de 3006 postes dans le primaire. Selon le ministère, 1/3 serait destiné à l’augmentation des effectifs, 1/3 à l’ouverture de TPS et 1/3 au « plus de maîtres que de classes » (pas de « refondation » pour les RASED, clin, clis…).

C’est mieux que les 1000 postes concédés en juin dernier qui n’avaient même pas compensé les suppressions de postes de la droite, cela reste très, très peu. En clair, l’académie de Créteil recevra 405 postes, donc environ 170 pour le 93, pour 1200 élèves supplémentaires.

En conservant les taux d’encadrement actuels (parmi les plus mauvais de l’OCDE : 1 enseignant pour 20 élèves dans le primaire), on reste donc comme le montre le tableau ci-dessous sur un solde négatif de 21 postes depuis l’arrivée du « changement » au pouvoir.

Une rentrée légèrement améliorée par rapport à 2012, qui restera pire que celle de 2011, avec des arbitrages en faveur des TPS et du « plus de maîtres que de classes » au détriment des RASED et… des seuils : si la hiérarchie affirme ne pas vouloir y toucher dans l’immédiat, la tension sur les seuils sera inévitable au vu des priorités affichées, et leur suppression à terme s’inscrit dans la logique même des évolutions en cours.

« 2013, la rentrée de la continuité » serait donc beaucoup plus juste.

URGENCE : les remplacements
L’intersyndicale SUD-CGT-FO demandait en juin 2012 450 postes de remplaçant en urgence, la catastrophique rentrée 2013 s’est faite avec des moyens de remplacement saturés et environ 300 postes vacants… Une soixantaine de postes ? Ridicule.
- L’agenda caché :
augmenter le volant de précaires ?

URGENCE : l’aide (RASED, maîtres sup)
Les RASED restent à leur niveau le plus bas, actant leur quasi disparition. « Plus de maîtres que de classe », c’est bien, mais c’est autre chose : une soixantaine de postes ? C’est encore une fois très largement insuffisant.
- L’agenda caché : supprimer les RASED, pour des maîtres sup sans formation spécifique ?

URGENCE : les seuils
Une soixantaine de postes pour couvrir l’augmentation des effectifs, c’est bien… mais il reste 115 postes manquants depuis la rentrée 2012 ! Ces postes ne combleront donc pas les tensions de plus en plus flagrantes sur les seuils.
- L’agenda caché : faire sauter les seuils avec les ZEP et lier les moyens à des logiques de « contrat d’objectifs » ?