SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Carte scolaire 2014-2015 dans le 93 - bilan des derniers ajustements
Article publié le 5 septembre 2014

2014-09-05_CR-CTSD Voir le compte-rendu du CTSD principal d'avril mis à jour à l'issue du CTSD d'ajustement de juin.
Voir les mesures de carte du CTSD d'ajustement du 5 septembre.

La paupérisation de l'enseignement primaire se poursuit, avec cette caractéristique : tandis que des moyens supplémentaires sont annoncés, que des classes de TPS et des postes de maîtres supplémentaires sont créés, l'accueil minimal n'est pas assuré : des petites sections se trouvent en liste d'attente sans ouverture de poste alors qu'une TPS est « créée » (en fait prise sur les moyens!), les maîtres supplémentaires flambant neufs (ou survivants des années Sarkozy) se trouvent basculés sur des postes vacants... Les REP+ non seulement ne sont pas épargnés mais certains, comme Garcia-Lorca à Saint-Denis, sont particulièrement touchés (7 postes vacants sur les 7 écoles...).

Des moyens en trompe-l'oeil

Les postes vacants font leur retour, malgré déjà 211 contractuels et une précarité qui s'enracine chaque année davantage en dépit des discours officiels. Saint-Denis en a particulièrement souffert avec une vingtaine de classes sans maîtreSse le jour de la rentrée.
Les seuils sont les grands perdants dans le jeu des promesses de moyens sans réalité budgétaire. Environ 80 écoles demeurent au-dessus des seuils, qui sont, rappelons-le, des maximales et non des « moyennes » ou des « places disponibles ».

SUD avec TOUTES les écoles

Dans ces conditions, nous refusons d'appliquer le « realsyndicalisme » auquel nous convie la hiérarchie : nous n'acceptons pas que soient rognés nos acquis, nous n'acceptons pas d'ajuster nos revendications à l'austérité budgétaire, nous n'acceptons pas de mettre sous le boisseau les demandes des collègues, même au-delà des normes actuelles, parce que les réalités locales vécues au quotidien ont bien plus de pertinence que les chiffres des fossoyeurs. Nous continuerons donc à défendre pied à pied tous les collègues qui s'adressent à nous. La réalité qu'ils nous imposent, nous la combattons, l'accepter c'est renoncer à affirmer la nôtre, celle d'une école riche pour tous.

L'UNSA brise le front syndical

La regrettable nouveauté de ce CTSD, c'est que le front syndical, maintenu depuis des années contre des cartes scolaires indignes, a été brisé à l'issue de ce CTSD par l'UNSA. L'abstention de ce syndicat, à la surprise générale, a permis à l'administration de valider sa carte sans laisser le temps aux écoles, dont certaines ne savaient même pas qu'elles étaient menacées de fermeture, de se mobiliser. En effet, seule l'unanimité syndicale contraint le DASEN a reconvoquer un nouveau CTSD 8 jours plus tard pour valider la carte. L'enjeu ? 8 jours pour mobiliser les écoles, les parents, demander des audiences pour exposer les situations... En s'abstenant, l'UNSA a coupé court à toute possibilité de mobilisation collective avant validation de la carte, a interdit aux écoles de simplement pouvoir présenter leurs arguments.

SUD Education
Vos représentants CTSD 93
ctsd93@sudeduccreteil.org