SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Carte scolaire 2012 : Le 93 va vivre sa pire rentrée
Article publié le 26 juin 2012

Télécharger et imprimer l’affichette en pdf ci-dessous, à afficher en salle des maîtres.

PDF - 81.9 ko
Affichette bilan CTSD
A imprimer et afficher en salle des maîtres. Le changement, c’est... plus tard !

Voir le détail des mesures de juin.

Petit rappel de ce que nous a laissé le gang Sarkozy pour la rentrée 2012-2013, pour 2244 élèves supplémentaires :
- 38 postes de RASED supprimés (29 maîtres E et 8 maîtres G) ;
- 13 maîtres supplémentaires supprimés ;
- la moitié des congés de formation et des départs en stages refusés, les demandes de temps partiel acceptées au compte-gouttes ;
- suppression de postes vacants, récupération de postes administratifs...

Cela dans une situation déjà extrêmement tendue par les saignées précédentes.

Le changement ?

Le nouveau gouvernement affirme faire de l’Education sa priorité. Cela tombe bien, la situation est catastrophique. Nous sommes en juin : il est tard, mais pas trop tard pour UN PLAN D’URGENCE POUR L’EDUCATION que réclamait entre autres SUD Education.
Des précédents existent, des leviers sont disponibles pour que le changement soit effectif dès la rentrée :
- ouverture des listes complémentaires ;
- mise en place de concours exceptionnels (comme cela s’est fait en 82) ;
- titularisation de collègues précaires qui exercent des fonctions d’enseignement...

Demain, peut-être...

En réalité, le 93 va vivre à peu de choses près la rentrée prévue par la droite :
- l’aumône de 23 postes ne compensera même pas les 39 suppressions de postes prévues sans parler des 2244 élèves supplémentaires ;
- la suppression des postes du RASED est entérinée ;
- le respect des seuls est de plus en plus écorné : une soixantaine d’écoles au-dessus des seuils sans ouverture prévue.

Les 23 postes généreusement offerts serviront presque exclusivement à saupoudrer pour l’amélioration des moyens de remplacement. La nouvelle priorité donnée à ces derniers s’expliquent par un souci de visibilité : comme le justifie le directeur académique, les parents sont plus sensibles aux conséquences d’un enseignant absent qu’au respect des seuils dans les classes...

« Attendre ou se faire entendre ? »

On nous dit donc d’attendre : le collectif budgétaire courant juillet, et surtout la loi de programmation pour l’Education sur 5 ans fin novembre. Nous soupçonnons qu’il faudra faire autre chose qu’attendre si nous voulons être entendus...