SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

CTSD 93 - groupe de travail éducation prioritaire (REP) premier degré
Article publié le 18 décembre 2014

2014-12-12_CR-GT-CTSD-REP Vendredi dernier s'est tenu le groupe de travail départemental consacré au classement REP des écoles du 93. Voir le compte rendu du groupe de travail consacré au classement REP+.


La suite s'articulera nécessairement avec la mise en place de la carte scolaire pour la rentrée 2014: avec environ 80 postes en plus pour le 93 (178 pour l'académie, ne tenant pas compte de ceux servant à couvrir les augmentations d'effectifs), la mise en place des moyens prévus par la réforme de l'éducation prioritaire est impossible. Alors?
Renseignez la fiche information école en préparation du CTSD de janvier


Les organisations syndicales ont déploré les conditions dans lesquelles a été établie cette carte,
l'absence de concertation avec les personnels, sa diffusion par « fuites » successives alors que les organisations syndicales n'ont pu informer les écoles et faire remonter les demandes, tandis que des politiciens se vantaient d'avoir « obtenu » des classements...

SUD Education a rappelé quelques principes fondamentaux :
  • le refus de toute sortie de l'éducation prioritaire ;
  • le refus de l'enveloppe contrainte et l'exigence d'un ajustement du budget aux besoins et non l'inverse, alors que la France sous-dote son éducation prioritaire (1,5 % du budget de l'Education nationale contre 4 % recommandé par l'OCDE), ce qui a pour conséquence un des systèmes les plus inégalitaires des pays riches ;
  • la mise en place immédiatement, à tout le moins selon un échéancier rapproché, des moyens prévus par la réforme (maîtres supplémentaires, TPS, remplaçants titulaires pour les concertations REP+...) ;
  • le respect des seuils posé comme préalable : la mise en place de nouveaux moyens ne peut se faire au détriment des moyens existants, la priorité doit être le respect des seuils de 1998 ; M. Tournier, responsable de l'éducation prioritaire au Ministère, a dit en audience intersyndicale le 9/12/2014 que les seuils seraient respectés.

SUD Education déplore par ailleurs que les critères ne soient pas diffusés, ce qui interdit aux représentants syndicaux de vérifier l'objectivité de l'attribution du label, et que les élèves résidant en hôtel social ne fassent pas partie des critères, alors qu'il s'agit dans le 93 d'un élément important qui pourrait justifier un classement (Vaillant en REP au Blanc-Mesnil, Carson en REP+ à Saint-Denis)...

Résumé des discussions du groupe de travail
  • La liste des écoles REP+ sera fixée par arrêté normalement avant la fin de l'année et celle des écoles REP en janvier. La question des moyens attribués pour la rentrée 2015, qui sera discutée courant janvier et devrait être validée en CTSD le 27 janvier, sera donc liée.
  • Par rapport aux informations antérieures, la grosse modification concerne le collège Courbet de Romainville, qui rejoint les REP après en avoir été exclu.
  • L'intégralité des écoles de Saint-Denis seront désormais classées REP ou REP+ (inclus Vilar et la Roseraie-de-Chambrun), ainsi que le groupe scolaire à naître à Confluence.
  • Les réseaux de Pierrefitte-Villetaneuse devraient être revus (Aubrac Eclair non passé REP+, Verne seule école de Villetaneuse non REP+...).
  • Quelques incohérences, comme le groupe scolaire Maathai-Dolto d'Aubervilliers écartelé entre un REP+ et un REP, ou des classement ne concernant qu'une école dans un groupe scolaire (comme Balzac à Tremblay) devraient être revues.
  • Des groupes scolaires hors-réseaux mais qui justifient de besoins supplémentaires (comme les Ormeteaux à Aulnay-sous-bois) feront l'objet d'un examen par l'administration, qui affirme cependant qu'il est impossible de les labelliser REP puisqu'elles ne sont pas rattachées à un établissement REP... Ce qui se fait pourtant ailleurs, notamment à Paris. A l'inverse, des écoles dans un réseau (comme Curie à Bagnolet) sont sorties des moyens REP sous prétexte qu'elles ne justifient pas de besoins supplémentaires...
  • Les revendications des écoles de réseaux sortant de l'éducation prioritaire ont été transmises, chiffres à l'appui, l'administration s'y penchera.