SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

CTSD 2nd degré du 7 juillet 2017
Article publié le 7 juillet 2017

Déclaration liminaire de SUD Education 93 au CTSD 2nd degré du 7 juillet

"Monsieur le Directeur académique,

Comme vous pouvez le constater, les personnels de vie scolaire se sont mobilisés aujourd’hui pour protester contre la dotation en AED attribuée au 93, département déjà sinistré en terme de moyens et de conditions de travail. Avec une dotation de 6 postes d’AED et d’AVS-AESH pour 125 collèges et une hausse démographique qui ne se dément pas (plus de 1200 élèves supplémentaires), le compte n’y est décidément pas et les conditions de travail vont encore se détériorer. De plus, le statut précaire de ces personnels de vie scolaire fragilise encore cette profession que l’institution méprise en refusant de prendre en compte les besoins des établissements en terme de moyens.

De même, les enseignantes et enseignants des classes accueillant des élèves allophones sont également présent.e.s ce matin, après des mois de mobilisation et d’audiences ici même qui ont achevé de convaincre les collègues de l’indifférence que l’institution porte à l’endroit des élèves allophones.
Nous répétons ici les revendications de ces personnels :
- Des ouvertures de classes d’accueil massives - au moins une quinzaine sur le département en collège et en lycée, dont au moins 2 NSA collège, et une lycée.
Nous rappelons qu’il y a encore des dizaines d’élèves en attente en collège, ce qui rend absolument nécessaire et urgent l’ouverture de classes d’accueil avec les moyens correspondants.
- La transformation de toutes les UPE2A collège en classes d’accueil à 26h + 6h de soutien linguistique.
- Enfin, la double inscription (avec respect des seuils) de tous les élèves dans les classes ordinaires afin de permettre une réelle intégration progressive et choisie.

Sur la question des moyens, SUD Education revendique un plan d’urgence pour le 93 avec des moyens à hauteur des besoins.

Le manque criant de classes d’accueil et des moyens qui vont avec rejoint la problématique des ouvertures et fermetures de classes dans le département. En effet, et comme il a été dit hier aux enseignant.e.s du collège de Geyter de Saint-Denis, lors d’une audience, les effectifs explosent sur le département, les seuils seront vraisemblablement dépassés dans certains établissements et l’inclusion des élèves allophones se fera à marche forcée dans des conditions d’étude détestables pour l’ensemble des élèves.

Vos services ont par ailleurs admis devant les collègues de De Geyter que les inscriptions étaient bloquées dans cet établissement, au mépris de la sectorisation sur la ville. Cela, alors même que vous refusez l’ouverture d’une classe de 6e supplémentaire.

Enfin, SUD Education tient à souligner que la manœuvre consistant à demander aux chef.fe.s d’établissement de monter les niveaux de compétence des élèves en fin de cycle 4 dans le 93 est scandaleuse.
À quoi bon demander aux équipes d’adapter leurs pratiques, d’imaginer des modalités de validation du livret, de se réunir de longues heures, de débattre en conseil de classe ou de transformer leurs notes en compétences si c’est pour finalement les valider automatiquement ? Quel est le sens de ce travail, où sont passés les arguments pédagogiques ? SUD Education attend une réponse de votre part sur cette question
SUD Education réaffirme son opposition au Livret scolaire unique, véritable outil de sélection social et de fichage généralisé."

PDF - 61 ko
Déclaration liminaire de SUD Education 93

Compte-rendu du CTSD

Sur la modification a posteriori des niveaux de compétences pour le DNB par certain.e.s chef.fe.s d’établissement :

DSDEN : Il y aura un examen approfondi des résultats. Il ne faut pas faire de mauvais procès d’intention.
Dasen : « Je n’ai jamais incité les chefs à augmenter les points du socle, aucun chef d’établissement n’a pu dire cela. Il y a un rôle des chefs d’établissement à veiller à la cohérence des chiffres, qui ne se traite pas de manière arithmétique. Il n’y a pas eu d’injonction vers les chefs d’établissement. »
« Les chefs sont garants de la validation du socle. »

L’analyse de SUD Education : Nous avons la confirmation par des adhérent.e.s que les niveaux de compétence décidés en réunion par les enseignant.e.s ont bien été modifiés, c’est un fait. Mais la DSDEN semble juger que c’est aux chef.fe.s d’établissement qu’incombe la validation.
Dont acte.

Sur l’orientation des 3e :

Ouverture de classes en lycée pour permettre aux élèves affectés en 2GT d’être affecté.e.s.
Aucune garantie sur le fait que toutes les familles seront satisfaites quant à l’affectation de leurs enfants dans leur lycée de secteur.

« Il faut se féliciter du plus grand nombre d’élèves de 3e qui passent en Seconde générale. »

L’analyse de SUD Education : Les classes de Seconde générale sont déjà pleines alors même que tou.te.s les élèves n’ont pas été affecté.e.s. Il n’y a vraiment pas lieu de se féliciter.
SUD revendique la construction de nouvelles écoles, collèges et lycées pour faire face à la montée démographique.

Au sujet du boycott du CTSD la semaine précédente par les organisations syndicales :

Selon le Dasen, les organisations syndicales sont responsables des retards de transmission des mesures d’ajustements aux établissements à cause du boycott. C’était un manque de respect des équipes de la DSDEN. « Vous avez pris le risque de mettre les choses en tension. »
Le Dasen reproche aussi à SUD Education l’envoi tardif des questions diverses pour ce CT. Elles ne seront donc pas traitées.

L’analyse de SUD Education : Le DASEN a refusé de répondre à certaines de nos questions, alors qu’elles étaient peu nombreuses et ne nécessitaient pas de longues explications. En parallèle, on nous parle de manque de respect des organisations syndicales envers les instances.
Pour SUD, le CTSD n’est qu’une chambre d’enregistrement. La position du Dasen à l’encontre de SUD Education n’est que le reflet de cet état de fait.

Les mesures d’ajustement

Voir le tableau joint.

Bilan :
20 ouvertures, 17 fermetures = +3 divisions.
Depuis 2016, 42 divisions supplémentaires.

Des « aides à l’inclusion » sont donnés aux établissements où les seuils sont atteints (D. Daurat, Le Bourget ; Lurçat, Saint-Denis ; Cotton, Blanc-Mesnil).

Sur les UPE2A : « La double inscription ne correspond pas à une réalité car les élèves ne sont pas tout le temps dans les classes. »
Donc, pas de double inscription.

M. Noé a été très heurté par la mention par SUD Education du mépris des élèves allophones par l’administration lorsque qu’il dit « non » à une attribution de moyens supplémentaires pour les UPE2A.
Depuis plusieurs années, aucune UPE2A n’est dotée de 26h. C’est un dispositif absolument exceptionnel selon la DSDEN. Aucun autre département ne dote ces UPE2A d’autant d’heures.

L’analyse de SUD Education : SUD réaffirme qu’il s’agit bien de mépris à l’encontre des équipes enseignantes et des élèves allophones. En effet, la situation est critique, des dizaines d’élèves sont encore en attente d’affectation, le Dasen refuse toujours la double inscription et les équipes doivent se contenter de dispositifs à 20h alors que les besoins sont réels.
Ce sont les enseignant.e.s qui sont « heurté.e.s » par un tel manque de considération pour ces élèves en grande fragilité.

Dotation vie scolaire

Dasen : « Tout est une question d’équilibre. Il y a des efforts de faits, certaines fermetures de postes seraient possibles et on ne le fait pas. »

L’analyse de SUD Education : Une enveloppe de 6 postes à se répartir sur 125 collèges alors qu’il y a 1200 élèves supplémentaires sur le 93, ça s’appelle tout simplement de la gestion de la pénurie et des équipes vie scolaire au bord de l’implosion.

Questions diverses

Question sur le dispositif « Devoirs faits ».
Réponse de la DSDEN→ A mettre en place pour la rentrée des vacances de la Toussaint.
Les modalités ne sont pas connues.

SUD Education a tenté de faire remonter des demandes transmises par des établissements :
- Situation sur le collège République, Bobigny : refus de répondre.
- Sur le fléchage des heures segpa et collège : refus de répondre.

Laurent Noé est promu DASEN dans le Gard.

PDF - 136.9 ko
Compte-rendu du CTSD du 07/07/2017
PDF - 2.1 Mo
Mesures d’ajustement CTSD 07/07/2017