SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Austère carte scolaire - communiqué CGT-SUD
Article publié le 3 avril 2014

http://www.w3.org/TR/html4/strict.dtd">

2014-04-03_Communiqué-CTSD-CGT-SUD Avec seulement 45 créations de postes – de remplaçants (20), TPS (10), maîtres sup (9), ASH (4), UPEAA (1), et CPC (1) – le DASEN laisse 102 postes disponibles. Si ces postes sont consacrés à des ouvertures de classes, les seuils ne connaîtraient pas de dégradation supplémentaire cette année, le taux d'encadrement sera maintenu. A condition bien sûr que les prévisions soient plus justes que l'année dernière (24% d'effectifs en plus que les prévisions !).

62 postes des 147 attribués au département n'ont cependant pas encore été attribués à ce stade. Le plus probable est qu'ils serviront de réserve pour des « ajustements » de dernière minute (CTSD de juin voire de septembre, pour gérer une situation de pénurie structurelle) qui fragilisent grandement les équipes pédagogiques.

Concernant les moyens attribués à la réforme de l'éducation prioritaire, le bilan est atterrant. Les REP+ expérimentaux ne bénéficient d'aucun des moyens supplémentaires promis (350 millions d'euros), leur dotation étant intégralement prise sur les 147 postes déjà attribués au département avant la réforme. Les moyens se concentrent toujours davantage sur un nombre plus restreint d'écoles (58 REP+) : malgré cela, l'expérimentation des 6 REP+ dans le département pour 2014-2015 se révèle largement sous-dotée ; en tenant compte des moyens déjà en place antérieurement, seules 16 écoles accueilleront un maître supplémentaire (1 était promis par école, donc 58 en tout), 3 des 6 réseaux n'auront aucune TPS, 2 n'en ont qu'une (30% des 2 ans en REP+, devaient être scolarisés) et les infirmières et assistantes sociales supplémentaires sont aux abonnés absents. Une « expérimentation » qui ne bénéficie même pas, et de loin, des moyens prévus pour le projet, quel sens cela a-t-il ? Le dogme austéritaire tourne à la farce.

Ainsi, si l'on peut craindre le pire en l'absence de garanties de moyens pour les écoles actuellement en ZEP, qui deviennent REP – a fortiori pour les AZ1 et AZ2, encore plus pour celles qui bénéficient d'une « bienveillance » chaque année remis en cause (à Aubervilliers entre autres) –, cela n'est même pas accompagné par un respect des engagement pris pour les rares écoles élues REP+.

En l'absence de moyens, nous avançons de Charybde en Scylla, avec des objectifs inatteignables à moins de supprimer des moyens ailleurs : les REP+ contre les seuils en ZEP ? Les ZEP contre les non-ZEP ? Nous nous battons, et nous nous battrons pour une école de qualité pour tous.

Vos représentants au CTSD 
CGT Educ'action 93
SUD Education 93