SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Affaire Suger-Utrillo :Assez de mépris ! Précaires et titulaires, mêmes combats pour la défense des droits !!
Article publié le 16 janvier 2010

Affaire Suger-Utrillo 10.01.15

COMMUNIQUE DE SUD ÉDUCATION CRÉTEIL

Assez de mépris ! Précaires et titulaires, mêmes combats pour la défense des droits !!
Pour une autre politique des remplacements !
Mobilisation et débrayage des personnels dans ces deux établissements touchés par la gestion des personnels mise en oeuvre par le rectorat.

De quoi s’agit-il ?

Un professeur contractuel croyait être en poste au lycée Suger de Saint-Denis, puisqu’il a signé un contrat courant du 4 janvier au 31 aoùt. Ce qui est plutôt un bon contrat, le collègue étant rémunéré durant les vacances d’été. Or, il était en cours depuis quelques heures quand son téléphone portable a enregistré deux messages du rectorat lui signifiant qu’il n’était plus affecté au lycée Suger et qu’en fait il n’y était employé que « pour une journée » ,qu’un nouveau poste lui serait « éventuellement » proposé !

Tout est scandaleux : d’abord la rupture du contrat, plutôt avantageux pour le collègue répétons-
le et le remplacement pour une journée de cours !

Est-ce pour assurer les remplacements d’une journée, que le rectorat, extraordinairement
réactif, se contente de messages téléphoniques pour désaffecter les collègues au lieu de notifications écrites ? Et pourquoi désaffecter le collègue ?

C’est ici que le lycée Utrillo de Stains entre en scène.
Dans ce lycée exerce un collègue en lutte pour sa réintégration dans le corps des agrégés. Ex-PLP reçu à l’agrégation, mais dont la titularisation a été refusée par la DRH du ministère, Olivier Mahéo a été en conséquence nommé au lycée Suger comme PLP à la rentrée du mois de janvier, alors qu’il exerçait jusqu’alors au lycée Utrillo à Stains ! Les collègues d’Utrillo se mobilisent donc pour sa réintégration dans le corps des agrégés et son retour dans cet établissement.

Ce chassé-croisé n’a pas manqué d’ entraîner des réactions des collègues et des élèves.
Dès le 5 janvier, apprenant la rupture du contrat dont était victime leur collègue, les enseignants de Suger se réunissaient en AG et une forte majorité décidait de débrayer pour exiger son maintien.

Le jeudi suivant, scandalisés, les élèves bloquaient leur lycée tandis que les personnels d’Utrillo se réunissaient à leur tour en AG, pour protester contre la refus de la réintégration de leur collègue dans le corps des agrégés et son affectation à Suger ! Ils décident d’envoyer une délégation au rectorat le jour même, et font grève le jeudi suivant, 14 janvier.
Lors du blocage du lycée Suger, un élève qui tentait d’entrer a été violemment agressé (Il a perdu connaissance et a été hospitalisé dans un état grave).Le lendemain, les enseignants ont débrayé pour condamner cet acte en solidarité avec ce jeune et sa famille.
Le 14 janvier, les collègues du lycée Utrillo étaient en grève pour exiger le retour d’Olivier Mahéo et sa réintégration dans le corps des agrégés.

Où en sommes-nous ?

Le collègue contractuel a fini par accepter un remplacement dans un autre établissement, qui court jusqu’en avril. Nous veillerons à ce que la promesse qui lui a été faite de le réembaucher à partir d’avril, près de Saint-Denis , soit tenue. Le Rectorat a en outre généreusement accepté de lui payer l’intégralité du mois de janvier... parce qu’il économise juillet et août ?
Avec les enseignants d’Utrillo à Stains, nous demandons la réintégration d’Olivier Mahéo dans le corps des agrégés.

Avec les enseignants de Suger à Saint-Denis, nous demandons que la CPE qui exerce à temps partiel soit nommée à temps complet, et que le demi-poste de surveillant qui a été supprimé soit rétabli.

Nous condamnons les violences dont l’élève de Suger a été victime. Elles illustrent aussi à quel point la question de la violence scolaire est liée aux conditions d’études.

Pour Sud-Education, il faut la titularisation des précaires, des postes d’enseignants et de vie scolaire, des TZR à la hauteur des besoins, pas des EMS (équipes mobiles de sécurité) !

"Signez et faites signer la pétition pour la réintégration d’Olivier Mahéo dans le corps des agrégés !" : http://cgteduc93.free.fr/IMG/pdf/Pe...