SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

8 mars à Saint-Denis : "Oui papa, oui chéri, oui patron, y en a assez !"
Article publié le 8 mars 2017

Communiqué de l’AG des travailleuses en grève de Saint-Denis ce 8 mars

Aujourd’hui 8 mars, journée internationale de grève des femmes en lutte pour leurs droits, nous, travailleuses de Seine Saint-Denis avons organisé des actions à Saint-Denis et à Villetaneuse à l’appel de Solidaires 93.

Dans le 93, les oppressions multiples (inégalités professionnelles, de prise en charge des tâches domestiques, violences physiques et verbales) sont amplifiées par les inégalités sociales, la précarité, la pauvreté et les services publics à l’abandon.

Devant les caisses du Auchan de Villetaneuse, nous avons dénoncé les atteintes aux droits des femmes dans cette entreprise. En effet, le 22 novembre dernier, une caissière du Auchan de Tourcoing a fait une fausse couche sur son poste de travail, en caisse. La direction du magasin a refusé d’aménager son temps de travail et de lui octroyer des pauses pour se rendre aux toilettes.

Nous avons ensuite manifesté dans la ville et avons dénoncé les inégalités spécifiques dans différents lieux :

- devant le Théâtre Gérard Philippe : seulement 18% de femmes auteures et metteuses en scène sur l’ensemble des spectacles proposés cette année

- devant le centre médical du cygne : dans le 93 les délais d’attente sont toujours trop longs, les frais et les dépassements d’honoraires ne permettent pas un remboursement à 100 %, les femmes, en particulier sans papiers, rencontrent de très grandes difficultés pour se procurer une contraception, avoir un suivi gynécologique, se faire avorter ou accéder à des soins en général

- devant Franprix, cadre d’une lutte victorieuse des travailleuses l’année dernière : les femmes gagnent encore 25 % de moins que les hommes, 80% des travailleurs à temps partiel sont des travailleuses

- devant Carrefour : les conditions de travail dans la grande distribution sont insupportables (temps partiel imposé, flexibilité, pressions de la part de la direction, bas salaires, non respect des droits des travailleuses…)

- devant la CAF et malgré les tentatives des vigiles pour empêcher l’intervention : la situation des femmes est encore plus fragile face à la pauvreté. Les femmes de notre département sont bien plus touchées par la précarité (elles représentent 79 % des bénéficiaires du RSA), avec une forte concentration de jeunes femmes sans diplôme et au chômage, de mères plus durement touchées par le chômage ou ayant recours à des emplois précaires, et de familles monoparentales à l’intérieur desquelles les femmes sont majoritaires (plus de 80%).

PDF - 3.8 Mo
Communiqué grève des femmes 8 mars