SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


mardi 12 décembre
AG des lycées en lutte du 93 - 18h30 à Saint-Denis

jeudi 14 décembre
[Réservé aux adhérent.e.s] Stage fédéral juridique niveau 1 : « Les statuts et le juridique au service des personnels et de l’animation syndicale » à Paris
Grève dans le 2nd degré - RDV au Métro Saint-Michel à 11h30.
Grève et manifestation dans le 1er degré : RDV Métro Saint-Michel à 11h30
Rassemblement de soutien à notre camarade de SUD Travail Affaires sociales à 14h Devant la DRH des Ministère Sociaux 14 avenue Duquesne Métro École-Militaire ou Saint-Francois-Xavier

jeudi 14 décembre
RIS Bagnolet ANNULEE

lundi 18 décembre
Stage syndical "Au croisement des oppressions - Où en est-on de l’antiracisme à l’école ?" les 18 et 19 décembre 2017 à Saint-Denis

mardi 19 décembre
AG du district 4 (Aulnay - Sevran - Tremblay - Villepinte) - 18h30, au Delyss, 5 rue des deux gares, métro Gare du Nord

jeudi 18 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

vendredi 19 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

jeudi 8 février
AG des lycées en lutte du 93 - 18h30 à Saint-Denis
Stage fédéral féministe "AntiféminismeS, oppressionS : Mieux les identifier pour mieux les combattre"

lundi 12 mars
Stage syndical pour les assistant-es d’éducation et assistant-es pédagogiques

1000 postes pour les 14 000 supprimés : un sparadrap sur une jambe de bois !
Article publié le 22 juin 2012

Le Ministère de l’Éducation Nationale vient d’annoncer la création de 1000 postes de
professeurs des écoles pour la rentrée scolaire 2012.

Dans notre académie, les 80 postes supplémentaires annoncés ne constituent en rien le véritable plan d’urgence que nous réclamons, avec un solde toujours négatif de 37 postes pour
4075 élèves supplémentaires !

Les suppressions de postes prévues au CTA du mois de janvier étaient de 117 postes, répartis comme suit :

Seine et Marne : - 29

Seine Saint-Denis : - 39

Val de Marne : - 49

Avec les 80 postes annoncés le 22 juin, le solde est de :

Seine et Marne : 44 postes annoncés, soit + 15, pour 979 élèves supplémentaires

Seine Saint-Denis : 23 postes annoncés, soit – 16, pour 2244 élèves supplémentaires

Val de Marne : 13 postes annoncés, soit – 36, pour 852 élèves supplémentaires

Dans le second degré : 100 postes supprimés en collège

Seine et Marne : -12 postes

Seine Saint Denis : -67 postes

Val de Marne :-18 postes

100 postes supprimés en lycée pour 345 élèves supplémentaires.

300 postes supprimés en lycée professionnel pour 3122 élèves de moins ( fin de la mise en place de la reforme du bac pro 3ans avec une année de moins )

16 postes administratifs supprimés

Pour SUD Education, la réalité que nous devrons affronter à la rentrée prochaine, c’est bien la
suppression de 500 postes dans une académie déjà déficitaire, qui a largement subi les
conséquences des 76 000 suppressions de postes au plan national depuis 5 ans.
Nous ne voulons pas faire la rentrée prévue par Sarkozy-Fillon-Chatel, à peine édulcorée par
Hollande-Ayrault-Peillon, soit 13 000 postes en moins au lieu des 14 000 prévus.

Quand SUD Education s’adresse au ministre pour réclamer un véritable plan d’urgence, celui-ci argue que le gouvernement précédent n’a pas prévu assez de postes au concours. Nous lui
répondons que c’est une question de volonté et que des solutions existent :

- Extension des listes complémentaires,

- Mise en place de concours exceptionnels (comme cela s’est déjà fait par le passé, en 1982 notamment),

- Titularisation des collègues précaires qui exercent déjà des fonctions d’enseignement…

SUD Education Créteil ne se satisfera pas d’un sparadrap sur une jambe de bois. Ce que nous
réclamons, c’est un véritable plan d’urgence pour la rentrée prochaine.

Si le ministre affirme vouloir reconstruire, il doit d’abord éviter une année supplémentaire de
démolition.

Pour l’instant, le changement on l’attend !

Créteil, le 22 juin 2012

PDF - 112.7 ko
1000 postes pour 14000 supprimés